Manifold Geometry // Многообразная Геометрия

Qui sait

/ Просмотров: 556
line = Handle(Geom_Line)::DownCast(line); // qui sait

Quelqu’un a dit sagacement que les mathématiciens purs utilisent les méthodes correctes pour résoudre les problèmes qu’ils peuvent résoudre. Tandis que les mathématiciens appliqués apparemment résolvent comme ils savent les problèmes posés pratiques. Il est évident que les mathématiques pures ne portent pas de fruits sans application pratique, et beaucoup de scientifiques tombent dans ce piège, par exemple Lev S. Pontriaguine qui s’est posé la question : « A quoi sert mon travail ?» L’histoire de Pontriaguine a eu une fin heureuse surtout grâce à l’énergie d’Alexandre A. Andronov qui a su orienter le talent d’un jeune scientifique vers l’application pratique.

Je ne prétends pas faire une découverte sociologique mais je peux imaginer le processus de développement des bureaux d’études. Prenons l'exemple de l’Institut Inria et la société Distene issue d’Inria avec son fameux générateur de maillages MeshGems. Ici on assiste à la transition de la recherche fondamentale au produit appliqué. En effet, rien de nouveau. La transition d’une recherche théorique à un produit pratique est un processus normal et la situation inverse quand une étude reste purement théorique doit être considérée anormale. Il en va de même pour nos noyaux de modélisation géométrique favoris. Ils ont tous des racines académiques. Si je termine ici le lecteur restera perplexe et se posera la question pourquoi parle-t-on de tout ça et pourquoi l’auteur dit-il des banalités de manière solennelle ?

En fait, la partie la plus intéressante survient plus tard. Les entreprises vieillissent de la même façon que les personnes. Ce qui était autrefois une chaire chaleureuse ou un bureau d’études prolifique devient rigide, se dégrade et s’effondre. Le malade est vivant mais est en train de mourir — c'est le moment où ils arrivent. La cérémonie de résurrection commence avec l’introduction des pratiques agiles, l’invitation d’un scrum master et l’acquisition d’un nouveau logiciel pour l’automatisation de la paperasse. Les experts restants tordent les doigts aux temples et se dispersent peu à peu, tandis que le bureau d’études se transforme, lentement mais sûrement, en une entreprise de logiciel médiocre. L’inversion de priorité se produit et une tâche secondaire devient une priorité parce qu’elle est précise et atteignable tandis que les tâches fondamentales manquent de clarté et tangibilité. Telle est la fin regrettable.